Les étapes clés pour créer une arborescence de site Web efficace

Les 
étapes 
clés 
pour 
créer 
une 
arborescence 
de 
site 
Web 
efficace 
Par Mélanie Charlebois | 4 août 2022 | Lecture de 6 minutes
Partager

Vous êtes en pleine création de site Web ou vous désirez faire la refonte de votre site existant ? Le design de celui-ci vous allume, les idées de contenu sont générées à la tonne par les membres de votre équipe et la stratégie et les tâches se créent rapidement ? C’est parfait, mais n’oubliez surtout pas d’élaborer votre arborescence Web dès le départ.

Concevoir une bonne arborescence Web pour votre site.

Qu’est-ce que l’arborescence Web ?

Aussi connue sous le nom de sitemap, d’architecture ou de plan de site, l’arborescence Web est la représentation de la structure de votre site Internet. Elle regroupe et organise toutes les pages Web et articles sous un même squelette, avec la page d’accueil comme item principal. Bien qu’elle ne soit pas obligatoire, d’un point de vue SEO et navigation, elle est très fortement recommandée. Elle se présente souvent sous forme de menu principal du site avec un sous-menu composé de différentes sous-sections.

À quoi sert l’architecture d’un site Web ?

  1. Améliorer l’expérience utilisateur (UX)

    Avoir une bonne arborescence Web permettra à vos visiteurs de naviguer facilement sur votre site afin de trouver rapidement l’information qu’ils recherchent. Plus la structure de votre menu est simple et claire, meilleure sera l’expérience des utilisateurs. Une excellente hiérarchisation de vos contenus se traduira également par une augmentation du temps passé sur votre site, une diminution du taux de rebond et une meilleure probabilité de conversion.

    Il est donc primordial de se mettre dans la peau des utilisateurs lors de la conception de l’arborescence Web. Nous y reviendrons sous peu.

  2. Optimiser le référencement naturel

    Le plan de votre site Internet est un élément clé pour les moteurs de recherche. Les robots de Google (googlebots), BING ou Yahoo se servent de la structure de votre site Web pour découvrir et indexer les différentes pages, afin qu’elles puissent apparaître dans les listes de résultats. Une architecture de site simple et lisible facilite leur travail. Bien que les googlebots explorent le Web en continu, ils ne sont pas infaillibles. C’est donc une bonne idée de leur fournir un sitemap à jour sur une base régulière, soit manuellement ou par l’entremise d’un CMS.

    La structure indique également aux robots de quelle façon prioriser les différents contenus en fonction de leur hiérarchie. Elle réduit ainsi les risques de cannibalisation au niveau du SEO. Par exemple, un blogue peut traiter d’un même sujet à plusieurs reprises, mais avec des angles différents. Le plan de site permet d’éviter les pénalités au niveau du SEO, dues aux contenus similaires, en indiquant clairement quels sont les articles les plus importants. Il faut y songer lors de l’élaboration de l’arborescence et mettre en menu principal les catégories de produits/services/articles pour lesquels vous désirez être référencé pour des mots-clés spécifiques.

  3. Obtenir des sitelinks dans les résultats des moteurs de recherche (SERP)

  4. Les sitelinks sont des liens d’un même domaine qui sont regroupés sous un résultat Web. Ils permettent aux utilisateurs de cliquer sur la section du site qui les intéresse directement à partir de la page de résultats de recherche Google (ou autre). Cela élimine la navigation supplémentaire, génère un trafic plus ciblé, améliore le taux de clics et ultimement de conversion. Dans l’exemple ci-joint du CFO Masqué, les sitelinks sont représentés par les différentes catégories cliquables sous le lien principal menant à la page d’accueil.

    Les sitelinks sont des liens d’un même domaine, regroupés sous un résultat Web, qui s’affichent lorsque les moteurs de recherche les jugent pertinents pour l’utilisateur.

    Il n’est pas possible de déterminer soi-même les sitelinks, ils sont créés par Google à l’aide d’un algorithme. Pour en bénéficier, il faut miser sur une structure de site simple avec des titres pertinents et concis, des liens d’ancrages composés de texte informatif, du maillage interne vers les pages principales de votre site et éviter les répétitions.

  5. Offrir une vision globale

  6. L’arborescence aide à la fois les utilisateurs et les robots des moteurs de recherche, mais elle sert également de ligne directrice pour vos employés. Avec la mise en place du sitemap, votre personnel comprend mieux les objectifs principaux du site, les différents publics cibles de ce dernier et la vision globale qui les guideront dans les étapes suivantes.

Comment créer le plan de son site Web ?

  1. Faire l’inventaire des contenus

  2. Si vous avez déjà un site, mais que son arborescence devrait être retravaillée, commencez par compiler tout le contenu déjà publié afin de l’analyser. Pour chacune des pages, posez-vous les questions suivantes :

    • À qui s’adresse ce contenu ? Les réponses recueillies vous permettront de créer les profils de vos visiteurs types. On parle ici des personas. Ceux-ci vous guideront dans l’élaboration de l’arborescence Web. Par exemple, si vous avez du contenu s’adressant à des entreprises et d’autre à des particuliers, il est probablement pertinent de créer des chemins de navigation différents pour ces deux personas.
    • Le contenu répond à quelle problématique ? En regroupant les éléments en catégories distinctes de solutions, vous serez en mesure de définir les items de votre menu secondaire.

  3. Explorer et choisir les mot-clés

  4. Faites une liste de mots-clés qui définissent chacune des sections déterminées à l’étape précédente. Si vous n’avez pas encore de site Web, définissez les catégories de services ou de produits de votre entreprise. Utilisez ensuite des outils (Semrush, ahref.com, MOZ, etc.) pour analyser ces mots-clés et en trouver des déclinaisons et synonymes. Il est important de prendre en considération le volume de recherche et le niveau de concurrence des différents mots clés avant de conclure votre choix final. Vous voulez que votre site génère tout le trafic organique qu’il mérite.

  5. Analyser les sites concurrentiels

  6. Mettez-vous dans la peau d’un utilisateur et visitez les sites de votre compétition. Cela peut vous aider de plusieurs façons. Premièrement, vous obtiendrez des idées de catégories de services ou produits et de contenu à publier. Par contre, faites bien attention de ne pas plagier vos compétiteurs. Deuxièmement, vous pourrez voir si certaines formules ne conviennent pas, si elles alourdissent la navigation et nuisent à l’expérience utilisateur. Vous saurez ne pas reproduire ces erreurs sur votre site Internet.

  7. Définir la hiérarchie de l’arborescence Web

  8. Il est temps de compiler les étapes 1 à 3 pour organiser et hiérarchiser les divers contenus de votre site. Soyez logique dans ce processus et une fois de plus, mettez-vous à la place du visiteur. Sur la page d’accueil, vous devez indiquer les catégories principales, présentées de façon concise. Faites ensuite la liste des sous-catégories et des sous-sous-catégories. Par exemple, un magasin de vêtements peut avoir la catégorie principale FEMMES, la sous-catégorie VÊTEMENTS SPORT et la sous-sous-catégorie LEGGINGS. Les contenus les plus importants doivent se retrouver au deuxième ou troisième niveau de l’arborescence, le premier étant la page d’accueil.

    Lorsque vous décidez de la hiérarchie des contenus, tenez compte du fait qu’un utilisateur dépasse rarement les 3 clics pour consulter la page désirée. Si votre article, service, produit ou autre est enseveli sous les menus et sous-menus, le visiteur se découragera et quittera votre site. Souvenez-vous que la simplicité et la logique diminuent les taux de rebond. Il n’y a rien de mieux qu’un schéma visuel de votre arborescence Web pour confirmer que votre structure est optimale. Plusieurs outils de maquettage Web sont disponibles en ligne (Lucidchart, Cacoo, MindMeister, etc.), ou vous pouvez utiliser Microsoft Power Point, Excel ou encore Adobe Photoshop.

  9. Tester dans le but d’améliorer

  10. Le moment est venu de tester votre arborescence. La navigation est-elle intuitive ? Combien de clics sont requis pour vous rendre à destination ? Les mots-clés choisis sont-ils représentatifs de vos contenus ? Mettez votre personnel à l’ouvrage et parcourez l’ensemble de vos pages. Sont-elles toutes présentes et accessibles ? Peaufinez, ajustez et précisez le tout, votre entreprise en sortira gagnante. Il vous faudra peut-être recommencer le processus à mi-chemin avec les trouvailles de cette étape, mais c’est un mal nécessaire qui vous servira à long terme. Vous n’avez pas d’équipe pour vous aider ? L’embauche d’une agence Web est une solution légitime au manque de main d'œuvre actuel.

Quelques éléments de navigation à considérer pour créer une bonne arborescence Web

Nous avons déjà abordé le menu principal et les sous-catégories, mais il y a plusieurs autres items qui peuvent améliorer l’expérience utilisateur et la navigation sur votre site Web.

  • Le fil d’Ariane : L’ajout du fil d’Ariane, aussi connu sous le nom de breadcrumbs dans le jargon anglophone, indique clairement en tête de page où le visiteur se situe sur le site. Il comporte des liens cliquables qui offrent la possibilité de remonter l’arborescence sans devoir utiliser le menu principal ou l’option précédent du navigateur de recherche.

    Le fil d’Ariane comporte des liens cliquables qui offrent la possibilité de remonter l’arborescence directement à partir de la page affichée.
  • Les catégories de blogue : Si votre blogue possède un grand nombre d’articles, il est pertinent de les séparer en catégories distinctes et parfois même d’inclure un champ de recherche. Assurez-vous de nommer les diverses sections à l’aide de mots-clés.
  • Le maillage interne : Celui-ci consiste à faire des liens entre différentes pages d’un domaine et permet de naviguer d’une page à l’autre d’un même site. Cette technique aide à l’indexation du contenu, ainsi qu’au référencement, et maximise l’implication de l’internaute. Google Search Console est un excellent outil pour générer un rapport de liens internes.
  • La structure URL optimisée : Privilégiez les adresses URL concises et contenant des mots-clés. Le visiteur doit pouvoir déduire où il se trouve sur le site en lisant la URL de la page.

En conclusion, ce travail est ardu mais efficace. En plus d’aider votre site Web avec son positionnement dans les résultats de recherche, l’arborescence Web facilite la navigation, améliore l’expérience utilisateur (UX), diminue les taux de rebond, favorise la fidélisation des visiteurs et peut même aller jusqu’à l'augmentation du taux de conversion.

Vous comprenez l’importance de cet exercice mais n’avez pas les ressources nécessaires à l’interne pour exécuter le travail ? Communiquez avec nous, nos experts sauront vous aider.

Mélanie Charlebois

Diplômée en communication (relations publiques) et possédant une spécialisation SEO de l’Université de Californie à Davis, Mélanie a un souci du détail quasi obsessif, un immense amour des mots, un côté un peu compétitif et est toujours prête à relever des défis.